Ce mémorial a été conçu afin d’offrir un lieu de recueillement, de souvenir à la mémoire des victimes de l’attentat de la Grande Mosquée de Québec. Du côté de la visitation, on rend aussi hommage à tous les concitoyens, coopérant et travailleurs humanitaires morts en propageant un message de paix.

La figure de l’arbre qui a permis de créer un dialogue entre les deux emplacements. À cet effet, chacune des composantes a été choisi pour sa portée symbolique qui se veut à la fois accessible à tous et fortement signifiante pour chacun de nous.

J’ai cueilli des feuilles de l’érable de norvège ainsi que celles de l’orme de l’autre côté de la rue. Elles ont été moulées en aluminium et ensuite encastrées aux bancs. Comme les feuilles tombant de l’arbre, elles témoignent des cycles de la vie, de la force de la nature résiliente. D’un côté comme de l’autre de la rue, les essences d’arbre pêle-mêle, soulignent l’intention rassembleuse de cette création.

De chaque côté de la rue, des bancs circulaires forment de petites placettes au caractère intime. On retrouve au sol des pavés inspirés de motifs traditionnels islamiques de ce côté et fléché québécois de l’autre.

Six feuilles en aluminium forment ensemble une délicate arabesque au-dessus de trois socles de pierres. Ces feuilles, aux motifs ajourées, sont inspirés des traditions ornementales des pays des victimes.  Elles personnifient en quelque sorte et signalent le caractère commémoratif des lieux.

Afin de saisir l’œuvre dans son entièreté – le parcours de chaque côté de la rue, du centre islamique de Québec au Site patrimonial de la Visitation, immortalise ce mouvement de rassemblement et de solidarité citoyenne.  Ce geste d’accueil qui témoigne de l’ouverture à l’autre, de ce dialogue entre les cultures. Il nous invite au recueillement, sensibilise et humanise les lieux.  Il nous rappelle la nature profonde de ces liens qui nous unissent et surtout – que l’autre… c’est nous.